Le FIC 2016 : RDV en 2016 sur le thème de la sécurité des données

Le FIC 2016 : RDV en 2016 sur le thème de la sécurité des données

Pendant longtemps, la sécurité des données se confondait avec celle de la sécurité des systèmes d’information. Or la décorrélation croissante entre le contenant (support physique ou applicatif) et le contenu en raison de l’émergence des technologies de virtualisation, du « cloud computing » et de nouveaux modèles économiques change aujourd’hui la donne. La donnée est devenue un « objet » à part entière qui s’appréhende indépendamment de son support.

Plusieurs axes de travail ont été identifiés pour le FIC 2016 qui aura lieu les 25 et 26 janvier 2016 sur le thème de la sécurité des données, et seront examinés par le comité scientifique avant l’appel à contributions qui sera ouvert fin avril :

Axe 1 : les données, carburant de la transformation numérique.

Les données sont omniprésentes et multiformes : on peut citer les données personnelles, sociales, médicales, bancaires, d’entreprises, de géolocalisation, de sécurité, de dossiers passagers (PNR) etc. Cette compartimentation en fonction des usages ou des secteurs d’activité a-t-elle cependant encore un sens ? Comment gérer l’information indépendamment des supports utilisés ? Au-delà de la métaphore, les données constituent-elles véritablement un « nouvel or noir » ?

Axe 2 : la maitrise des données, enjeu de souveraineté

Posséder une « industrie de la donnée » puissante est un atout essentiel dans la compétition mondiale et une composante importante de toute stratégie de puissance. Or l’Europe apparait de ce point de vue en net retrait par rapport aux Etats-Unis. Forte consommatrice de numérique, la faiblesse de son offre locale la conduit à exporter massivement ses données, principalement aux Etats-Unis. Comment passer d’une « Europe offerte » à une Europe « ouverte » ? Quelle est la situation des autres continents ? Peut-on parler de « géopolitique des données » ?

Axe 3 : les données, un capital menacé

Si les attaques en déni de service visent les infrastructures elles-mêmes, les données sont souvent l’objectif ultime des attaquants, qu’il s’agisse de cybercriminalité (vol d’information, crypto-locking…) ou d’espionnage. Quelles sont les dernières tendances observées ? Quels sont les modes opératoires des cybercriminels ? Comment calculer la valeur de ses données pour engager des poursuites ?

Axe 4 : droit et données

La donnée est une notion immatérielle qui soulève de nombreuses questions au plan juridique. Peut-on appliquer la notion de propriété à la donnée, notamment à la donnée personnelle ? Quel lien entre données et territoire ? Comment mettre en œuvre efficacement le droit à l’oubli aujourd’hui consacré dans certains pays ? Comment définir le vol de données au plan pénal ?

Axe 5 : quelles stratégies de sécurité des données pour l’entreprise ?

Pour les entreprises, la sécurité des données repose sur une approche globale impliquant : classification des données, évaluation des données, analyse de risques, définition  et mise en œuvre d’une stratégie de sécurité. Le développement du cloud computing et l’externalisation croissante de l’IT soulèvent à cependant de nombreuses questions. Peut-on utiliser « en toute sécurité » un CRM ou un ERP dans le Cloud ? Quelles conséquences en termes de maîtrise des données ? Comment assurer les risques liés aux données ?

Axe 6 : quelles technologies pour sécuriser les données ?

Le responsable sécurité des systèmes d’information dispose aujourd’hui d’une vaste bibliothèque d’outils et de technologies lui permettant de sécuriser ses données, qu’il s’agisse d’outil de protection, de destruction sécurisée, de détection de fuites d’information ou d’investigation. La vitesse du progrès technologique et le « time to market » imposé par le marché aux éditeurs sont-elles compatibles avec les cycles d’adoption relativement lents des organisations ? Compte tenu de ce même « time to market », comment intégrer la sécurité de façon native (security by design) dans les applications à disposition des utilisateurs ?

Axe 7 : données et enjeux sectoriels

La transformation numérique et les données qui la nourrissent irriguent l’ensemble des secteurs économiques et des activités humaines. Les données sont ainsi au cœur de la « smart revolution » qui touche aussi bien l’individu dans sa vie quotidienne, la collectivité ou l’entreprise  au travers des objets connectés et de « l’informatique omniprésente ». Quels sont les enjeux liés aux données dans la « ville intelligente », « l’usine du futur », le monde médical etc. ?

Axe 8 : enjeux sociétaux et éthiques liés aux données.

La transformation numérique, et la croissance exponentielle des données qu’elle génère, constituent à n’en pas douter des opportunités. Mais la rapidité de cette évolution et ses conséquences majeures sur l’Homme militent également pour une certaine prise de recul et un questionnement éthique et philosophique. Au plan individuel, que signifie désormais la notion de « vie privée » ? Est-il également possible de replacer l’utilisateur au cœur de cette transformation en lui permettant de se réapproprier « ses » données ? Faut-il enfin imaginer, sur le modèle de la loi bioéthique, une loi sur l’éthique numérique fixant un cadre pour l’exploitation des données  à des fins prédictives ou à des fins de surveillance ?


PrécédentAccueilSuivantPartager