Gestion de crise et continuité d'activité : encore du chemin à parcourir

Gestion de crise et continuité d'activité : encore du chemin à parcourir

Constat unanime, les risques majeurs sont désormais pris en considération dans quasi tous les domaines : environnementaux, climatiques/sismiques, industriels, NRBC... Aux quatre coins du monde, l'enjeu est identifié, le défi à relever colossal. Une prise de conscience s'est opérée mais pour autant un long chemin reste à parcourir.


Rencontre avec Christian Sommade, délégué général du Haut comité français pour la défense civile (HCFDC)

L'une des problématiques majeures réside aujourd'hui dans l'anticipation et la préparation « que peut-on faire pour éviter ces catastrophes ? » mais également dans la réaction et la continuité « comment réagir face à la catastrophe et assurer une continuité de l'activité ? » Ce sont des questions auxquelles, au travers de ses différents actions, le HCFDC tente d'apporter des éléments de réponses. 

Association loi 1901, le HCFDC est un acteur de la société civile, qui participe à la réflexion sur la doctrine, l'organisation et les techniques de notre pays en matière de sécurité sociétale. Ses activités visent notamment à être une plate-forme d'échanges entre l'État, les assemblées, les collectivités, les entreprises et les experts sur les questions touchant à la sécurité nationale, aux fins d'apporter une meilleure protection des populations, des entreprises et une résilience renforcée de la nation face aux risques et menaces majeurs.

Le HCFDC, en partenariat avec les acteurs institutionnels et privés concernés, a su développer depuis sa création en 1982, par Pierre Billotte et Maurice Schumann, une expertise unique en France en termes d'analyse et de suivi des risques et menaces majeurs, et de préparation de la nation aux risques et menaces de natures exceptionnelles. Le HCFDC satisfait donc à un besoin croissant des opérateurs d'infrastructures, des entreprises, des collectivités locales, de débat et de partage d'informations réciproques avec les différents services de l'État, les grandes institutions sur les questions de sécurité sociétale et de préparation aux situations d'urgence et de risques. Il étend désormais son expertise à la scène internationale.

Des exercices grandeur nature

Le Haut comité organise également toute la gamme des exercices : de l'exercice de table à celui de terrain, en passant par tous les types d'exercices de simulation. Il assiste notamment l'État pour la réalisation de la pression médiatique simulée des exercices nationaux, il organise au profit des opérateurs et des entreprises, des exercices de simulation dit de « place » c’est à dire en mode collaboratif, dédié à la crue centennale en Île-de-France ou encore lors d'exercices dédiés à une crise terroriste, un black out... Ces exercices ont pour objectif de tester la résilience des organisations face à une crise grâce à une immersion totale au cœur d'un scénario dès plus réaliste alliant outils de simulation, cartographie, tableaux de bord, pression médiatique...

Les participants testent leurs procédures et stratégie de continuité d'activité depuis le siège de leur organisation respective et sont accompagnés d'observateurs pour les aider dans la gestion de la crise. Ces exercices bénéficient désormais des nouvelles installations du HCFDC et notamment d'une salle de gestion de crise et d'un studio vidéo en plein cœur de Paris. Sans oublier l'exercice Corse 2015, qui, en mai dernier a rassemblé les auditeurs de la session nationale sur un exercice de 36 heures en partenariat avec le SDIS 2B et avec le soutien du GIGN, du RAID et du 2ème REP.

Des formations sur mesure

Le HCFDC réalise également des formations dédiées aux problématiques de sécurité globale et de gestion de crise privilégiant l'échange d'expériences entre les acteurs de l'État, les entreprises et opérateurs, et les services opérationnels ; ainsi que des cycles de formations continues dédiées aux thèmes de “la résilience et la sécurité sociétales”, et “pilotage et gestion de crise”. Autant d'activités qui permettent d'anticiper et d'aider les organisations dans la gestion d'une crise ou d'une situation d'exception. Un positionnement qui vise notamment à répondre aux besoins de valorisation, vitaux, de l'aspect humain et d'aguerrir les organisations à la gestion de crises.

Des outils de veille internationaux

Le HCFDC opère par ailleurs une veille stratégique grâce à une plate-forme active 7 jours sur 7. À la disposition des directeurs de sécurité et de sûreté, elle procure ainsi une analyse pertinente, en temps réelle et à 360 ° qui couvre l'ensemble du spectre de la sécurité globale, des risques terroristes dans le monde aux risques sanitaires, en passant par les risques sociétaux ou encore technologiques ou naturels... Cette plate-forme connaitra une extension internationale cette année. En effet, à compter de juin, nous disposerons d'une nouvelle plate-forme implantée à Singapour et en Septembre, une autre aux Etats-Unis. Une internationalisation de nos activités nécessaires pour répondre aux besoins des acteurs de la sécurité globale.


Au cœur des grands évènements

Le HCFDC animera par ailleurs une conférence inaugurale sur la résilience urbaine lors du salon APHS qui se tiendra à Singapour en octobre prochain.

Enfin, le HCFDC organisera en septembre, les 17 et 18, la deuxième édition de l'évènement Expocrise, le seul évènement en France dédié à la gestion de crise et la continuité d'activité. Pendant deux journées de présentations et de débats, la conférence "Crise et continuité : des concepts aux outils", à destination des collectivités territoriales et locale, des services publics et des entreprises, établira un état des lieux des dispositifs techniques, des savoir-faire et des technologies utiles pour la planification et la conduite opérationnelle en matière de gestion de crise et de continuité d'activité. 

4 tables rondes sont également programmées avec pour thèmes :

- Outils d’analyse de risques, de veille et d’alerte

- Organisation de la gestion de crise : La révolution numérique des outils, l’impact des réseaux sociaux, quelle nouvelle organisation possible ?

- Quels impacts provoquent les médias temps réel (Chaine d’info continue, médias sociaux, diffusion multi-canaux) dans le process de gestion de crise ?

- Comment planifier sa gestion de crise lorsque l’on dépend des autres ? La résilience face aux grands réseaux d’infrastructures 

Ces 2 jours de rencontres et de débats réuniront près de 800 participants, autour de nombreux temps forts dont la 5e édition des Trophées de la résilience sociétale et la 6e édition de la remise annuelle des Pavillons Orange. Un événement qui sera également l'occasion de présenter un nouvel outil : un SAS en temps réel permettant une gestion simultanée de crises multiples et différentes.

Au cœur de cette approche globale de la gestion des risques majeurs et des crises, il faut impérativement se détacher de cette fâcheuse tendance culturelle à la fatalité. Le risque d'être exposé est bien entendu réel, mais si nous sommes bien préparés, nous avons les moyens de réagir vite et efficacement. Bien qu'aujourd'hui la problématique de la préparation et de la gestion de crise soit entendue, elle fait face à un manque de moyens évidents. Les dispositifs actuels sont sous tension car les risques et les menaces augmentent. Mais paradoxalement, les dépenses stagnent ou pire, diminuent. C'est donc à nous aujourd'hui d'innover pour accompagner cette prise en compte et faire évoluer les mentalités. Nous innovons donc à la fois dans nos outils et nos services mais aussi dans nos modèles de gestion des coûts. Ces derniers doivent baisser. Cela passe inévitablement par le concept de mutualisation des informations, des exercices et des outils. Mais là encore, c'est un cap difficile à passer... 


PrécédentAccueilSuivantPartager