Les entreprises de sécurité privée au cœur des grands évènements

Les entreprises de sécurité privée au cœur des grands évènements

En France les grands évènements internationaux vont se succéder tels que COP21, l'EURO 2016, le championnat d'Europe 2016 de Badminton, les championnats du monde de Hockey sur glace et de Handball en 2017 ou encore la Ryder Cup de Golf en 2018. La sécurité privée en sera un acteur clé. Tous s'accordent désormais à le dire, mais dans quelle mesure ? Où en est on de la professionnalisation du secteur ? Quelles failles restent-ils à combler ? 


Eléments de réponses avec Thierry SZCZEPANIAK, Président de l'UNESSD, Union Nationale des Entrepreneurs de Services de Sécurité et de Défense.

La dynamique annoncée fin 2014 par le Ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors des assises de la sécurité privée s'amorce en 2015 pour les entreprises de services de sécurité privée.

Les grands axes prioritaires pour développer ce secteur stratégique générateur d'activité sont la formation, la réglementation et la normalisation en vue notamment d'assainir la profession et  développer des partenariats publics/privés.

La formation, priorité absolue

Nous avons notre rôle à jouer en matière de sécurité au cœur des grands évènements. Voir que la classe politique en est désormais convaincue est une grande avancée pour toute la profession.

Cette dernière connait un assainissement qui était nécessaire et attendu par les professionnels du secteur. Mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir.

Les grands évènements qui vont se dérouler sur le sol français dans les prochains mois et années affichent des besoins importants en matière de ressources humaines. Beaucoup d'agents vont devoir être recrutés car nous ne possédons pas autant d'agents de sécurité qualifiés aujourd'hui.

Cela pose donc la question de la qualité du recrutement et des nouveaux agents. La formation ne dure certes qu'un mois pour un agent de sécurité, mais au-delà de la théorie, il y a la pratique et cela demande du temps et des contrats... Pour le rendez-vous de l'EURO 2016 par exemple, nous sommes déjà à moins d'un an de l'échéance... Sur des grands évènements de cette ampleur, il faut déployer des agents expérimentés, c'est indispensable.

Un autre élément à prendre en compte aujourd'hui est la question de la qualité de la formation dispensée et des failles du système, extrait du casier judiciaire pour les postulants étrangers, par exemple.

Aujourd'hui, le CNAPS a renforcé ses outils de contrôle mais il faut mettre l’accent sur l'aspect qualitatif des formations dispensées dans notre secteur d'activité. Certains centres ont vu leur agrément suspendu ou supprimé... C'est à la fois rassurant car la professionnalisation est en marche, mais également déroutant car on est en droit de se poser la question de la légitimité et de la valeur de certains agents qui ont aujourd'hui leur carte professionnelle d’agent de sécurité, d’agent de protection de personne, d’agent cyno, mais qui n'ont pour autant pas les compétences requises et attendues compte tenu d'une formation de mauvaise qualité ou pas adaptée au besoin réel du marché. ... Le travail du CNAPS est titanesque sur le terrain. Les grandes entreprises du secteur sont souvent contrôlées, mais le risque principal se situe ailleurs, avec des pratiques dans la profession pour le moins surprenantes tant dans la « sous-traitance » que dans le respect d’une convention collective qui dans certains cas n’existe pas. Il ne s'agit pas de noircir le tableau, ni d'effrayer le marché alors que les choses vont dans le bon sens. Simplement les quelques affaires dont nous avons connaissances, mais qui restent à vérifier et qui appellent donc à la prudence, posent néanmoins la question des failles du système que nous devons combler, tous ensemble, en travaillant plus en coopération et en concertation.

 


Des processus de validation renforcés

La question de la vérification des documents lors d'un recrutement est aussi un problème. Des affaires de faux papiers officiels ont été révélées. Là encore la prudence est de mise. Néanmoins, si les faits s'avèrent exacts, il faut se poser la question de la vérification des données fournies par les intéressés lors du recrutement pour passer des formations. Intégrer au dispositif de sécurité une personne dont le casier judiciaire présenté comme vierge est au final rempli de plusieurs pages...  revient à faire entrer le loup dans la bergerie...

Afin d'apporter notre pierre à l'édifice, nous avons créé un centre national de formation depuis ce début d'année 2015. La clé de voûte de notre centre est la qualité. Cette dernière doit impérativement porter les valeurs de rigueur et d'excellence des métiers de la sécurité. Nous mettons l’accent sur une approche globale de la sécurité, afin que la cohérence nécessaire dans un dispositif de sécurité soit initiée, inculquée dés la formation, avec par exemple la formation en protection rapprochée, la formation de chauffeur de sécurité et d’escorte moto, car ces derniers sont des éléments à part entière du dispositif de sécurité, mais aussi des modules de sensibilisation aux Renseignements. La cyno détection (explosifs ou fumigènes) va apporter une valeur ajoutée importante lors des grands événements a venir. Notre Centre National de Formation (CNF UNESSD) qui fédère aussi d’autres centres de formation sous la même bannière d’éthique et de professionnalisme est garant de la qualité, de la crédibilité des formations, des formateurs au regard de nos exigences métiers. Il en va de notre légitimité. L'ensemble des formations dispensées doit permettre de répondre aux besoins en matière de sécurité privée, y compris ceux des organisateurs des grands évènements internationaux.

La particularité de l’UNESSD réside dans la typologie de ses membres : entreprises, centres de formation, mais aussi indépendants et salariés engagés dans un même objectif : valoriser la qualité des prestations de sécurité privée, la qualité des formations mais aussi des formateurs.

Le recrutement des formateurs est un point sensible. Nous faisons appel aux meilleurs spécialistes de chaque composante de formation ; des formateurs dont le cursus professionnel, la légitimité et la pédagogie sont en adéquation avec nos critères.

Cette approche de la sécurité, de la sureté et de la défense, sur des bases de qualité, d’éthique et d’indépendance, privilégiant l’expertise française, amène d’autres associations, fédérations ou organismes à rejoindre l’UNESSD dans cette démarche, prenant tous ensemble la pleine mesure de la responsabilité de l’enjeu de la coopération public/privé. Dernièrement la FFPR, Fédération Française de Protection Rapprochée, a rejoint l’UNESSD. De même, l’Union développe ses partenariats internationaux, avec en premier lieu PBA INTERNATIONAL, association britannique oeuvrant elle aussi pour un haut standard de formation et de prestation pouvant être reconnue au niveau européen.

Perspectives et développement

Si nous atteignons les standards de qualité souhaité, nous arriverons à une fidélisation du personnel..

Pour cela il faut également valoriser la profession encore vue comme une voie de garage, la voie de la facilité quand on a pas de diplôme, pas de travail... Or, les métiers de la sécurité sont exigeants et requièrent des aptitudes, des capacités et des valeurs particulières dans le même esprit que celles inculquées en Gendarmerie, Police ou au sein des Armées. Nous devons porter cette filière en construction afin de présenter des perspectives d'évolution, faire émerger des perspectives de carrière. Pour l’UNESSD, la qualité, le savoir-faire, le savoir-être, l’éthique sont des valeurs qui, rassemblées, doivent être le dénominateur à la fois pour les entreprises, les salariées et les indépendants du secteur de la sécurité privée.

Pour avoir un avenir pérenne, la coopération public/privé ne peut se faire que sur la base d’une vision globale de la sécurité avec l’Etat comme architecte, avec une analyse des ressources et des moyens de chaque partie, entre ce qui doit rester dans les prérogatives régaliennes et ce qui pourrait être assuré par le secteur privé. Quoiqu’il en soit, l’intérêt général, l’intérêt supérieur de notre sécurité dont l’Etat est le garant, doit dépasser les intérêts privés.

 

 C'est ensemble, secteur public et privé, que nous devons porter la construction de cette coopération. Les grands évènements qui se dessinent sont une véritable opportunité pour le secteur de montrer ses compétences et son savoir-faire, de prouver sa légitimité aux côtés des forces de sécurité de l'Etat sur des missions précises et de porter ce secteur sur une nouvelle dynamique de développement.


PrécédentAccueilSuivantPartager