La lutte contre le terrorisme au cœur de Milipol

La lutte contre le terrorisme au cœur de Milipol

 

Milipol Paris a ouvert ses portes hier dans un contexte très particulier. Malgré tout, les visiteurs étaient au rendez-vous. En début d'après midi les chiffres de la fréquentation du salon sont positifs. Les visiteurs étrangers sont présents en nombre. Premier pari réussi ! Tous les acteurs sont réunis pour œuvrer plus efficacement encore sur le spectre de la sécurité internationale, réfléchir, construire, innover et agir ensemble ! 
Rencontre diplomatique en parallèle 
Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve n'a pas, comme à l'accoutumée, officiellement inauguré le salon compte tenu des événements tragiques qui ont touché notre pays. Son homologue Qatari, également premier ministre du Qatar, n'était pas présent non plus et pour cause. Ce dernier a rencontré Manuel Valls. Objet de la rencontre : comment accroître la lutte contre le terrorisme et son financement, après les attentats de vendredi en France.
Les dirigeants du Qatar comme de l'Arabie saoudite luttent contre l'Etat islamique, a ajouté le premier ministre français, mais le financement privé du terrorisme doit être combattu. "Le salafisme représente un vrai danger qu'il faut combattre", a souligné le chef du gouvernement sur France Inter, et le gouvernement veut dissoudre des associations, fermer des mosquées et expulser des imams. Manuel Valls a ajouté que le premier ministre du Qatar "est particulièrement déterminé à lutter contre le terrorisme". "Donc nous aurons cette discussion pour voir comment nous pouvons, les uns et les autres, être beaucoup plus efficaces contre le terrorisme mais aussi pour lutter contre tout ce qui aujourd'hui, depuis des années, fonde la progression de cet islamisme radical".Interrogé sur les accusations de financement du terrorisme dont l'Arabie saoudite et le Qatar font régulièrement l'objet, Manuel Valls a répondu : "le pouvoir en Arabie saoudite comme au Qatar lutte contre Daech, ça c'est incontestable et je n'ai pas de raison de douter aujourd'hui de l'engagement de ces deux gouvernements".
Le sujet, déjà au cœur des échanges hier, le sera à nouveau sur cette journée de mercredi notamment avec de nombreuses conférences et présentations conduites par des experts internationaux.

 

Le Professeur Richard English, MA PhD FBA MRIA FRSE FRHistS, Directeur du Centre Handa pour l'Etude du Terrorisme (CSTPV) à l'Université Saint Andrews en Ecosse souligne la nécessité d’une réponse rapide et mondiale pour lutter contre le terrorisme au 21ème siècle :  

 

 



“Terrorist violence, and responses to terrorist violence, continue to shape world politics. From attacks in Paris and Tunisia, to the Syrian and Iraqi conflicts and their impact, we can see more clearly than ever the need to respond sharp-sightedly and wisely to the challenge presented by terrorism in the twenty-first century. Honest discussion between all those involved is essential and urgent if this grand challenge is to be met successfully.”

 


PrécédentAccueilSuivantPartager