Contrefaçon : 6 milliards d'euros de pertes par an ! Et c'est un QR code qui a la solution !

Contrefaçon : 6 milliards d'euros de pertes par an !  Et c'est un QR code qui a la solution !

Dans un monde dématérialisé, la question de l’authenticité est au centre des préoccupations de tous : gouvernements, marques mais aussi consommateurs ou citoyens.

Aujourd’hui, la dématérialisation des contenus et la multiplication des échanges rendent plus difficile que jamais l’authentification des biens et des documents. Comment connaître l’origine de ce sac acheté en ligne ? Comment savoir si ces documents officiels reçus par e-mail sont authentiques ? Cette faille dans la confiance des particuliers freine le développement économique.

Du côté des marques, la contrefaçon seule coûte 6 milliards d’euros par an à l’économie française et les conduit à mettre en place diverses stratégies protectrices qui s’avèrent très coûteuses : 27 % des entreprises françaises dépensent plus d'un million d'euros par an pour s’en protéger.

Face à un fléau mondial devenu aussi une problématique numérique, ne faut-il pas apporter une réponse technologique qui sera peu coûteuse pour les marques et les pouvoirs publics tout en redonnant confiance aux particuliers ?

Authentification innovante, brevetée et unique au monde

C’est dans ce contexte qu’Authentification Industries, entreprise innovante issue de la French Tech, est née. Deux ans et demi de R&D ont été nécessaires pour concevoir l’AiCode®, une solution d’authentification innovante, brevetée et unique au monde.

L’AiCode® est un système complet composé d’un ensemble d’éléments graphiques de sécurité et qui se présente comme un QR code intelligent, comportant ses propres éléments de sécurité. Infalsifiable, imprimable, non copiable, intégrable, l’AiCode® respecte la norme internationale ISO 12 931 qui vise à lutter contre la contrefaçon.

Ce code est lisible par un smartphone ou un scanner sur lequel une application délivrée par AI aura été préalablement téléchargée. Dès lors, pour vérifier que la plaquette de frein, le sac à main ou tout autre produit est bien un original, il suffit de flasher son AiCode pour en être immédiatement informé. En cas de fraude, l'appareil va émettre automatiquement un SMS vers son fabricant, voire même auprès des autorités. « Le SMS horodaté indiquera l'identité de l'expéditeur du message ainsi que le lieu où le produit aura été flashé de manière à tracer et localiser les zones de trafic », souligne le président d'AI, Christian Guichard.

Les champs d’application de cette solution plus abordable que la carte à puce sont infinis et au cœur d’enjeux transnationaux : protection des marques, lutte contre la fraude, contrefaçon, falsification, usurpation d’identité, lutte contre les marché gris, protection et sécurisation des documents de valeur et documents officiels (régaliens/fiduciaires), applications mobiles dédiées, traçabilité…

Le financement de cette technologie a d'ailleurs été réalisé sur fonds propres, prêts d'honneur et subventions sachant que l'entreprise a été lauréate en 2012 du Concours national d'aide à la création d'entreprises innovantes. Désormais, il faut aller plus loin.

Levée de fonds de 500 000 euros

Fondée en 2012 à Montpellier, Authentication Industries a connu une très belle dynamique qui en fait l’une des entreprises les plus prometteuses de la French Tech. Dès sa création, la start-up fut lauréate du Concours national 2012 d’entreprises innovantes par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; en 2013, elle a été élue “Champion économique de demain” par le SCIE de Bercy ; et enfin distinguée en 2014 par le Center for Entrepreneurs de Dell. Cette année, Authentication Industries a été notée 80/100 (classement 5 étoiles) par Early Metrics, agence de notation des start-up, faisant de la jeune pousse montpelliéraine l’une des 8 meilleures start-up dans lesquelles investir. Authentication Industries recherche désormais des investisseurs via la plateforme de crowdfunding SmartAngels et compte bientôt doubler ses effectifs.  

« Le premier tour de table sur la plateforme SmartAngels de 500 000 euros visera à soutenir la croissance de notre CA, tout en assurant notre avance R&D et propriété intellectuelle, véritable colonne vertébrale pour une entreprise qui révolutionne la protection des documents et des marques. En prévision : le dépôt de deux nouveaux brevets pour conserver notre avance technologique mais aussi de nouveaux projets R&D collaboratifs », ajoute la start-up.

Premier contrat en Côte d'Ivoire

Seulement trois ans après sa création, la start-up montpelliéraine s’impose sur le marché mondial de la sécurisation des documents officiels avec une première commande signée avec la SNEDAI, fournisseur de documents officiels pour l’État ivoirien. Un premier contrat qui signe les débuts de l’AiCode® sur le marché de la protection de l’identité des citoyens.

À l’heure du passeport biométrique, la simple identification n’est plus de mise, il faut pouvoir authentifier avec certitude et à grande échelle tous les documents officiels.

L’AiCode® permettra de détecter les copies et codes contrefaits fournissant une aide aux autorités pour détecter les fraudeurs.

« Moins chère qu’une solution RFID, l’intégration simple et économique de l’AiCode® et sa lecture par smartphone rendent cette solution très intéressante pour les documents officiels émis par les États. Un marché planétaire qu’Authentication Industries estime à plusieurs millions d’euros et qui commence en Côte d’Ivoire », ajoute l'équipe d'Authentication Industries.

« À la recherche d’une solution sûre et économique, la SNEDAI a signé une commande portant sur 5 millions de cartes d’identification dont 1 million a déjà été délivré à ce jour. Ces préimprimés de vignettes permettront une meilleure sécurisation des recettes fiscales de l’État ivoirien. Ce partenariat est une première étape visant à révolutionner la sécurisation des documents officiels à l’échelle mondiale », signe enfin le président.

En 2016, c’est vers l’international qu’Authentication Industries se déploiera avec en prévision des bureaux à Bangkok, à Singapour mais aussi aux États-Unis où se trouve 50 % du marché.


PrécédentAccueilSuivantPartager