Cybercriminalité et libertés individuelles au cœur des préoccupations de sécurité en 2016

Cybercriminalité et libertés individuelles au cœur des préoccupations de sécurité en 2016

 

Par Jean-François Pruvot, Regional Director France chez CyberArk
 
A l'aube de l'année 2016, l'heure est au bilan et le marché de la cyber sécurité a une nouvelle fois été secoué par des failles de grande ampleur qui n'ont épargné aucun secteur. De VTech, en passant par Ashley Madison, le parlement allemand, Sony Pictures, TV5Monde ou encore le Bureau Américain du Personnel (OPM), le constat est sans appel : les organisations doivent renforcer leur pratiques de sécurité et les gouvernements doivent poursuivre leurs efforts en vue de mettre en place des réglementations plus claires en faveur de la lutte contre les cybermenaces. Ainsi, pour répondre aux principales préoccupations des entreprises, CyberArk a identifié les principales tendances à suivre en 2016 :
 
• Le manque de compétence face aux nouvelles menaces
Les équipes informatiques doivent garder une longueur d'avance sur les pirates informatiques et ressentent par conséquent une forte pression face aux menaces émergentes. Dans de nombreux cas, cela requiert des formations poussées, notamment au sein des industries concernées par l'Internet des Objets (IoT), ainsi que de nouvelles compétences dans les domaines prenant de plus en plus d'importance comme l'analyse comportementale. L'investissement dans des systèmes d'automatisation d'alertes relatives à des comportements inhabituels ou au blocage des menaces peut permettre de soulager les équipes d'une partie du fardeau. En outre, l'émergence de « réseau auto-protégé », capable d'apprendre à se protéger lui-même une fois qu'une attaque est détectée, peut également constituer une réponse à la problématique de manque de compétences.

• La vie privée et l'IoT dans le collimateur des responsables de la sécurité 
La violation de données chez VTech pourrait marquer un tournant décisif en ce qui concerne la vie privée des consommateurs et l'IoT. Toutefois, selon le cabinet d'études Altimeter Group, 87% des consommateurs n'ont pas la moindre idée de ce que le terme « l'Internet des Objets » signifie et il est urgent d'y remédier. Au cours des prochaines années, les consommateurs devront être mieux informés de la manière dont leurs données sont collectées par les fournisseurs, et comprendre que ces informations peuvent être compromises si elles ne sont pas correctement sécurisées par le vendeur. Le risque de faille existe à partir d'un seul terminal connecté au réseau domestique ou à d'autres appareils. Ces risques sont encore plus élevés pour les entreprises où le déploiement d'objets connectés devient une réalité. Bien que ces appareils intelligents augurent une simplification du quotidien professionnel, ils ne sont la plupart du temps pas conçus avec le niveau de sécurité adapté, ce qui engendre un risque conséquent pour les entreprises. Cela devient d'autant plus critique avec la généralisation de leur utilisation et l'augmentation du nombre d'appareils. 

• L'entreprise devient la cible privilégiée de la cybercriminalité
2015 fût le théâtre de nombreuses extorsions de fonds menaçant les organisations victimes de voir leurs activités IT ou opérationnelles interrompues. En 2016, ces attaques seront plus agressives et viseront l'extraction d'informations financières, agitant la menace de divulgation d'informations compromettantes et d'augmentation des rançongiciels (ransomwares) à l'échelle de l'entreprise. Ce type d'attaques va en effet croitre à mesure que les pirates informatiques développeront des méthodes plus créatives de chantage envers les individus et les corporations ; les attaques continueront en outre de se transformer et de s'adapter aux environnements des entreprises ciblées, en utilisant des approches de type « caméléon » pour dérober les identifiants de connexion. Cette activité peut également donner un nouvel élan pour faire évoluer et affiner l'industrie mondiale de la cyber-assurance afin de renforcer la protection des entreprises. Aux Etats-Unis par exemple, les risques de cyberattaques et les mesures de préventions consenties devraient avoir des conséquences notables sur les analyses financière et la cote des entreprises.
 
• La convergence des risques de terrorisme physique et cybernétique sur les infrastructures critiques
En 2015 des actes de terrorisme dévastateurs ont impacté la communauté internationale. En 2016, il y aura davantage de convergence entre les formes de terrorisme physiques et virtuelles. Nous avons déjà pu observer le piratage d'une compagnie aérienne : plutôt que de s'attaquer à l'avion directement, le pirate pourrait également utiliser une faille pour engendrer la confusion au sein de l'aéroport, en ciblant le système de billetterie par exemple. Ces deux catégories d'attaques devraient être plus coordonnées entre elles : utiliser une cyberattaque pour semer la confusion et l'attaque physique pour causer un maximum de dégâts. Au-delà des transports, ces attaques visant les infrastructures critiques pourront aussi concerner les systèmes de santé, les marchés financiers ou encore les réseaux d'énergies.

• Les cyber-traités et la législation 
Les pays mettent en place de nouvelles lois pour lutter contre la cybercriminalité ainsi que des accords plus larges pour développer des tactiques de cyberguerre. Cependant, ces réglementations risquent davantage de porter préjudice aux avancées technologiques que de diminuer les activités malveillantes. Définir la conformité et rendre responsables les organisations qui ne la respectent pas permettra également de déterminer la capacité d'engagement des gouvernements sur la question de la cyber-sécurité et la possibilité d'avoir une incidence réelle sur ce sujet.

• Le chiffrement : existe-t-il un équilibre entre sécurité et libertés individuelles? 
Les récentes attaques terroristes perpétrées dans le monde ont relancé le débat initié lors des révélations de Snowden : les consommateurs lambda doivent-ils avoir accès aux technologies de chiffrement ? La nécessité de surveiller les activités terroristes prime-t-elle sur les droits à la vie privée des citoyens et de leurs communications ? En fin de compte, la population aura-t-elle droit à plus de chiffrement et de préservation de sa vie privée malgré les coûts de sécurité ou 2016 sera-t-elle l'année de limitation des libertés civiles ? Dans certains pays du monde, de nombreux citoyens ont déjà accepté de renoncer à la confidentialité de leurs données au nom d'une cyber sécurité renforcée.
 
• Identifier les cyber-infiltrés
Au cours de ces trois dernières années, le gouvernement fédéral américain et les entreprises privées ont été la cible de fuites massives d'informations privées. Comme pour l'OPM américain ou les attaques ciblant les compagnies aériennes, la principale question est de savoir ce qui a été volé alors qu'il vaudrait mieux se demander si les pirates n'ont pas eux-mêmes introduit quelque chose dans les systèmes piratés. 2016 sera-t-elle l'année où l'on découvre que les espions, les terroristes ou autres acteurs gouvernementaux sont finalement des utilisateurs vérifiés et approuvés sur la base d'informations introduites au cours d'une cyberattaque ?

PrécédentAccueilSuivantPartager