Le gaz en Méditerranée orientale : un outil de puissance stratégique ?

Bien que les réserves de gaz en Méditerranée orientale soient modestes à l’échelle internationale – moins de 2 % des réserves mondiales1 – les enjeux géopolitiques qui les entourent sont eux majeurs. Utilisés par certains comme un outil de puissance ou encore un moyen d’accéder à une souveraineté énergétique, retour sur une situation explosive qui se joue aux portes de l’Europe.

Par Diane Cassain

Opportunités financières et outil de souveraineté

Au niveau financier, la découverte du gaz en Méditerranée orientale représente une source d’opportunités pour plusieurs Etats : trois d’entre eux ont particulièrement tiré leur épingle du jeu. En Egypte notamment les exportations de gaz représentent une source de devises importantes mais volatiles, l’un des principaux produits excédentaires du pays à hauteur de 6,6 milliards de dollars pour 2021/2022.2 Après l’accord signé en 2022 entre l’Union européenne, Israël et l’Egypte, les exportations ont augmenté de 7 % par rapport à l’année précédente.3 Pour l’Etat d’Israël, la découverte du gaz dans ses eaux territoriales a concouru au renforcement de sa souveraineté énergétique. L’exploitation des champs tels que celui du Léviathan est une véritable aubaine. Situé à environ 130 kilomètres à l’ouest du port israélien de Haïfa, il renferme des ressources exploitables estimées à environ 605 milliards de m3 de gaz naturel. Au-delà d’alimenter le marché intérieur, il est aussi exporté vers la Jordanie et l’Egypte, où il est liquéfié et ré-exporté vers le marché européen. Avec la crise énergétique sur le Vieux-Continent, la demande est en forte hausse, entraînant une augmentation des exportations israéliennes vers l’Egypte de 49 % en 2022 par rapport à 2021.4 La production va bientôt s’intensifier, les opérateurs ayant récemment annoncé la construction d’un troisième gazoduc sous-marin pour relier le gisement gazier à sa plateforme d’exploitation en Israël et ce, dès 2025. Du côté de la bande de Gaza, où deux gisements ont été découverts à 36 km des côtes, les « revenus du gaz constituent une opportunité inestimable pour le Hamas de renforcer son pouvoir dans la bande de Gaza » explique le quotidien Al Arab.5 Les responsables du Hamas eux refusent de rendre publiques leurs avancées dans l’exploitation de ces gisements… D’un point de vue diplomatique, la découverte de ces champs gaziers a été un levier dans l’apaisement des tensions avec le Liban. L’Etat hébreu a en effet signé avec Beyrouth un accord d’exploitation des ressources. Le pays du Cèdre se rêve en puissance gazière et ce, alors même que l’économie du pays est au plus mal. En août dernier, Total Energies a commencé un forage à 120 km au large des côtes. Une potentielle manne économique mais surtout une nouvelle source d’énergie alors même que le pays ne produit que quelques heures d’électricité par jour… Pourtant, il ne faudrait pas crier victoire trop rapidement. Il n’existe aucune certitude sur la présence de gaz et, même s’il est découvert, les premières bulles ne devraient pas sortir avant cinq ou six ans. Se pose également la question de l’acheminement du gaz sur la terre ferme puis son exportation, si les quantités sont suffisantes. Enfin, la Turquie est le dernier Etat de la zone à avoir fait des découvertes de gaz. Elle a rapidement compris les opportunités qu’elles renfermaient. « Le pays a réussi à sortir le premier gaz dans un temps record. Pour la Turquie, qui était à 100 % dépendante des importations de gaz, cela change en partie la donne. Si on en croit les objectifs affichés, la production pourra permettre de couvrir un quart de la consommation turque. Aujourdhui, cette découverte de gaz est un immense enjeu de fierté nationale pour le pouvoir central » explique Marc-Antoine Eyl-Mazzega, directeur du Centre Energie Climat de l’Institut français des relations internationales (Ifri).

Du gaz et des guerres

Source d’opportunités peut-être, mais la situation géopolitico-sécuritaire des pays bordant la Méditerranée orientale pourrait bien tout changer. La découverte de tels gisements peut raviver des tensions comme ce fut le cas en 2020 après la découverte d’hydrocarbures au large de Chypre. S’en est suivie une course à l’exploitation gazière, notamment de la part de la Turquie qui a envoyé plusieurs navires de forage dans la Zone Economique Exclusive chypriote, une violation du droit international entraînant un niveau de tension inédit entre la Grèce et la Turquie. Plus récemment, suite aux attaques du Hamas du 7 octobre dernier, Israël a dû interrompre la production du gisement de Tamar. Un symbole fort alors que le gaz représente 40 % du bouquet énergétique isrélien et 70 % de sa production d’électricité.« Cet arrêt a eu un impact sur les volumes exportés notamment vers l’Egypte, et par extension, sur les exportations totales égyptiennes, qui sont néanmoins très limitées. Aujourd’hui, il est évident que les banques ou les assureurs sont frileux à l’idée d’investir dans des projets gaziers en Israël. Le risque est beaucoup trop élevé » souligne Marc-Antoine Eyl-Mazzega.

La généralisation du conflit entre Israël et les autres pays de la région pourrait mettre un terme à tous les projets autour de la coopération énergétique que ce soit avec l’Egypte, la Jordanie ou le Liban, et ce alors même que la coopération est censée permettre la création d’un hub régional majeur et d’instaurer la confiance dans la région.

Quelle place pour lUnion européenne ?

Les pays membres de l’Union européenne doivent indéniablement réduire leur dépendance au gaz russe, qui représentait, avant le début de l’invasion de l’Ukraine, 45 % du gaz importé par l’Europe. En 2023, cette part est descendue à 15 %.6 La crise énergétique qu’a traversée l’Europe suite à cette guerre a mis sur le devant de la scène la nécessité de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement. L’une des solutions mise naturellement en avant est le projet Eastmed qui devrait relier les champs de gaz d’Israël et de Chypre à la Grèce et donc, à l’Europe. Devant permettre de transporter 9 à 11 milliards de m3 de gaz naturel par an, le projet verra le jour entre 2025 et 2027. Un projet qui fait grincer des dents les défenseurs de l’environnement. Greenpeace qualifie le projet de « bombe climatique » et dénonce le gazoduc comme étant un « fauteur de guerre », prenant comme exemple le sabotage de NordSteam 2.7 Désigné par la Commission européenne comme un projet d’infrastructures énergétiques prioritaires, ce gazoduc consommerait 11,5 % du budget carbone qu’il reste à l’UE entre 2028 et 2050 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C.8 S’il voit le jour, pour Marc-Antoine Eyl-Mazzega, le projet EastMed n’est pas une solution pérenne. « Ce projet appartient au monde davant, un monde sans guerre en Ukraine où la transition énergétique avance lentement, dans lequel les relations avec la Turquie sont constructives et Israël est en relative paix. Le monde daujourdhui ne peut plus absorber une telle infrastructure. En revanche, il y a sûrement de lavenir pour des infrastructures, notamment basées sur le transfert d’électricité » note Marc-Antoine Eyl-Mazzega et de conclure : « Je pense que la situation tendue qui entoure les projets de gaz devraient sapaiser car ces projets ne sont plus réalistes. Chaque Etat se replie sur dautres stratégies. La situation d’insécurité en Israël est véritablement ce qui a porté un coup d’arrêt final à l’âge dor du gaz en Méditerranée orientale. Désormais, les infrastructures notamment électriques seront surement beaucoup plus adaptées au nouvel environnement liés aux transitions énergétiques. »

1https://economic-research.bnpparibas.com/html/fr-FR/naturel-mediterranee-orientale-enjeux-perspectives-12/07/2023,48758

2https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/EG/commerce-exterieur-de-l-egypte#:~:text=Les%20%C3%A9changes%20commerciaux%20de%20l,1%2C2%20Md%20USD

3https://economic-research.bnpparibas.com/html/fr-FR/naturel-mediterranee-orientale-enjeux-perspectives-12/07/2023,48758

4 Ibid

5 https://www.revueconflits.com/du-gaz-en-palestine/

6 https://bit.ly/3UIqqcp

7 https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=101678

8https://www.greenpeace.fr/espace-presse/rapport-zoom-sur-les-menaces-geopolitiques-et-cmatiques-du-projet-de-gazoduc-eastmed-soutenu-par-lue/

photo : copyright : Engin Akyurt de Pixabay