Renforcer la cybersécurité des organismes financiers

Renforcer la cybersécurité des organismes financiers

Par Jean-François Pruvot, Regional Director France chez CyberArk

La société financière SWIFT a publié très récemment un communiqué visant à sensibiliser ses 11 000 banques clientes à relever le niveau de sécurité lors de l'utilisation de leur système de transfert. Cette recommandation fait suite à la cyberattaque perpétrée contre la Banque Centrale du Bangladesh (BCB) ayant conduit au vol de 81 millions de dollars via un système de transfert de fonds Swift. 

Dans ce contexte de sensibilisation accrue et de transformation digitale des entreprises, les cyberattaques perpétrées contre les organismes financiers démontrent le besoin global de revoir la place de la sécurité dans les stratégies des organismes financiers et des entreprises, aux plus hauts niveaux de ces dernières. C'est d'autant plus essentiel à l'heure où les dommages collatéraux tels que l'impact sur le cours de la bourse et sur les investissements semblent inévitables.

Jean-François Pruvot, Regional Director France chez CyberArk, commente : « La cybersécurité doit irrévocablement être considérée comme une priorité par les entreprises car les répercussions immédiates d'une faille de sécurité concernent directement, et en premier lieu, leurs dirigeants qui sont porteurs de ces questions et sont donc tenus pour responsables du moindre incident. Dans le cas d'une cyberattaque de grande ampleur, cela aboutit la plupart du temps au renvoi ou à la démission quasi immédiate du PDG, comme ce fût le cas, par exemple, de la Banque Centrale du Bangladesh. Des mesures souvent radicales qui s'expliquent par des arguments économiques et stratégiques. D'un point de vue économique, les cybermenaces doivent aujourd'hui être considérées comme un risque systémique. En effet, les attaques contre les organisations financières impactent directement les investissements et le cours de la bourse, ce qui contribue à inciter les agences de notation et les organismes de contrôles financiers, qui jusqu'à présent ne prenaient pas en compte le risque cyber dans leurs analyses, à l'intégrer de plus en plus, à l'instar d'analystes financiers tels que Moody's. L'adoption de cette démarche anticipative leur permet entre autres d'éviter que les investisseurs ne se retournent contre eux dans le cas d'un décrochage boursier causé par une cyberattaque. Par ailleurs, dès lors que les investissements et/ou le cours de la bourse sont impactés, les organisations doivent prendre conscience de l'effet "boule de neige" d'une cyberattaque, d'un point de vue stratégique. En effet, en attaquant l'entreprise, elle touche en premier lieu la direction, suivi du comité de direction et par extension atteint le conseil d'administration. Cela conduit à la nécessité de développer en amont un plan d'urgence, tenant compte des répercussions sur l'image et la réputation, pour faire face à l'éventualité d'une cyberattaque. Mais ce qui aura le plus de poids est sa manière d'appréhender une telle crise auprès de ses clients, partenaires et investisseurs et surtout sa capacité à recouvrer le business suite à une compromission. Par exemple, le renvoi effectif d'un dirigeant, ou sa démission, reste à l'heure actuelle quasiment inévitable car il démontre une volonté de l'entreprise d'aller de l'avant et de ne pas reproduire les mêmes erreurs : il envoie un message de renouveau à l'opinion. Cependant, avant d'en arriver là, les hauts dirigeants, qui ont en majorité pris conscience de la menace du risque lié à la cybersécurité, doivent à présent s'atteler sérieusement à la mise en place et au verrouillage d'un plan de sécurité de l'information au sein de leur organisation, et ce, au-delà des investissements financiers dans les technologies. Pour y parvenir, ils doivent indiscutablement impliquer l'ensemble des départements de l'entreprise afin d'adresser à l'unisson, et en priorité, le problème central des pirates informatiques qui trouveront le moyen de s'introduire dans le périmètre de sécurité, et de détourner et d'abuser d'identifiants afin d'accéder à des informations sensibles ou de perpétrer des transactions frauduleuses dont les conséquences risquent de marquer l'organisme au fer rouge pour de longues années. »


PrécédentAccueilSuivantPartager