Tendances 2016 de la sécurité des réseaux

Tendances 2016 de la sécurité des réseaux

Les cinq tendances principales en matière d'infrastructures réseaux et de sécurité pour l'année 2016 par Shehzad Merchant, Chief Technology Officer chez Gigamon 
 
Démocratisation croissante des Malwares-as-a-Service (MaaS) 

Ces deux dernières années, de nombreuses failles de sécurité sophistiquées ont été révélées et avec elles, c'est tout un « écosystème » de MaaS qui a vu le jour avec la mise à disposition d'une large gamme d'offres packagées de virus prêtes à l'emploi et accessibles à tous, augmentant de fait la quantité d'acteurs en mesure de perpétrer des cyberattaques. Toutefois, la démocratisation des malwares tend à réduire leur niveau de sophistication, et bien que certaines menaces persistantes avancées restent de haut niveau, une majorité des attaques perpétrées par ce moyen seront plus faciles à détecter et à stopper, car les pirates qui auront choisi de se connecter aux systèmes existants ne pourront y intégrer qu'une quantité limitée de zones d'ombre.
 
Généralisation de la sécurité prédictive
2016 verra une croissance des cybermenaces de type « polymorphes », c'est-à-dire que chaque instance du malware se manifestera sous une apparence et un fonctionnement différents tout en gardant une base commune. Par conséquent, de nombreuses variantes sont susceptibles de passer outre les systèmes de détection traditionnels tels que les pare-feu ou les solutions anti-virus. Afin de mieux détecter ces menaces polymorphes, les entreprises auront besoin de solutions d'analyse prédictive visant à contrôler l'ensemble des données de l'entreprise dans le but d'identifier toute anomalie ou activité inhabituelle sur le réseau. Elles fourniront ainsi des indicateurs clés de menaces potentielles au sein de l'organisation pour détecter plus rapidement l'empreinte et l'activité du malware, et permettre un confinement plus rapide.
 
Perte de vitesse du Software-Defined Networking (SDN)
Malgré l'engouement du marché pour les technologies SDN, les tests ont démontré qu'elles n'étaient pas suffisamment matures pour une utilisation optimale par les entreprises. Cette année verra l'émergence de technologies « marginales » mais solides, qui, fortes des bonnes pratiques du SDN, ont su trouver leur place sur le marché. Bien qu'elles ne répondent pas aux standards technologiques, elles se concentrent sur la résolution du problème et font preuve de plus de maturité sur un marché fortement concurrentiel. Ainsi, face à ces pure players émergents, certaines technologies SDN risquent de se retrouver hors-jeu car encore trop immatures par rapport aux attentes du marché.
 
Ralentissement du Network Function Virtualisation (NFV)
Cette année, le NFV sera confronté, dans sa phase de déploiement, à de nouveaux défis qui toucheront particulièrement la vitesse et la performance. Le passage du format matériel dédié des fonctions réseau à une offre virtualisée risque en effet de causer des ralentissements. La normalisation du NFV peut pallier ce problème notamment avec l'ajout de davantage de serveurs de type x86 afin de multiplier les nœuds et permettre ainsi de répartir la charge. Ces serveurs sont en effet valorisés pour leur interopérabilité et leur prix abordable, et leur facilité à être intégrés et supprimés. Toutefois, un tel procédé comporte son lot de défis, en particulier en ce qui concerne le maintien de l'état, de la gestion de la distribution et de l'équilibre de charge du trafic, à travers des fonctions ne nécessitant pas de très haut débit, de performance ou de redimensionnements. Cependant, l'augmentation constante des besoins de bande passante, fera émerger les systèmes logiciels en mesure de gérer avec précision la capacité d'équilibrage de charge et l'état du réseau, ou bien ceux capables d'extraire chaque parcelle de performance dans des environnements NFV. Néanmoins, si les entreprises qui déploient des solutions basées sur ces environnements ne forment pas des équipes internes capables de gérer ces logiciels de A à Z, elles seront confrontées tôt ou tard à des obstacles les obligeant à ralentir.
 
Rationaliser la transition vers le cloud
Ces dernières années, de nombreuses organisations ont suivi le mouvement de l'adoption du cloud. Les DSI étaient encouragés à adopter et à investir dans le cloud sous toutes ses formes : Software, Platform ou Infrastrustrure as-a-service. L'IaaS a particulièrement séduit les entreprises par sa souplesse, sa capacité de dépassement et sa simplicité de provisioning. Celles-ci l'ont toutefois adopté sans analyser les coûts dans le détail ou sans tenir compte des questions de sécurité. La gestion d'applications connectées en permanence, pendant plusieurs années, génèrent des quantités massives de données dans le cloud, ce qui peut s'avérer très onéreux sur le long terme ; or, le basculement du cloud vers une solution sur-site peut l'être encore plus en raison du coût de réversibilité. En 2016, le DSI sera mieux informé et aura toutes les cartes en main pour comparer les modèles disponibles et trouver ainsi le bon équilibre entre l'offre cloud, le modèle purement hybride offrant à la fois des applications clés et données hébergées sur site ou une capacité de dépassement favorisée par une offre de cloud. Et ce, en disposant d'un meilleur contrôle sur les coûts.

PrécédentAccueilSuivantPartager